Go to content Go to navigation Go to search

Projet d'Etablissement

Ecoutez l'article

PROJET D'ETABLISSEMENT SESSAD AMJ

1 - PREAMBULE

Le Service d’éducation spéciale et de soins à domicile (Sessad) de FONTAINEBLEAU, auparavant nommé Sessad Albizzia et rattaché à l’Institut Médico-Educatif Ariane,  est né en 1995. Sa fermeture est prononcée par Arrêté Préfectoral en date du 11 avril 2007. Par ce même Arrêté, l’activité et l’autorisation délivrée à l’Association Départementale Elysée sont transférés à l’Association Anne-Marie Javouhey pour l’éducation et les soins spécialisés. Il devient à cette date le Sessad AMJ. 

L’écriture du projet du Sessad AMJ est la première étape d’une démarche d’évaluation interne engagée par l’Association Anne-Marie Javouhey. 

Ce projet concerne l’antenne de FONTAINEBLEAU du Sessad AMJ. Le projet d’ouverture de l’antenne de MONTEREAU-FAULT-YONNE destinée aux enfants et adolescents avec autisme ou troubles envahissants du développement, qui a reçu l’accord du CROSMS d’Ile-de-France le 31 octobre 2009, fait l’objet d’un écrit particulier.

2 - CADRE GENERAL 

Dénomination du service et renseignements administratifs     

Sessad AMJ - 2, rue de la Corne

77300 FONTAINEBLEAU

Tél : 01.64.22.15.85 – Fax : 01.60.74.89.20

E-mail : sessad.amj@orange.fr

 N° FINESS : 770 000 024

N° SIRET : 784 930 471 00122

Code APE : 8891 B 

Convention Collective applicable : Convention Collective Nationale de Travail des Etablissements et services pour personnes Inadaptées et Handicapées du 15 mars 1966. 

Organisme de formation : UNIFAF  - 9 rue Maryse Hilsz

                                      92309 LE VALLOIS PERRET CEDEX

                                      N° d’adhérent : 16 0283 U 0009 G

 2.2 - Cadre législatif 

Le Sessad s’inscrit dans le champ d’application de l’article L 312-1 du Code de l’Action Sociale et des Familles : « Les établissements ou services d’enseignement et d’éducation spéciale qui assurent, à titre principal, une éducation adaptée ou un accompagnement social ou médico-social aux mineurs ou jeunes adultes handicapés. » Il entre donc dans le cadre des lois suivantes :

  • Loi 2002-2 du 2 janvier 2002 rénovant l’action sociale et médico-sociale,

  • Loi 2005-102 du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées. 

Parmi les décrets d’application de la Loi 2005-102, citons le récent Décret n° 2009-378 du 2 avril 2009 relatif à la scolarisation des enfants, des adolescents et des jeunes adultes handicapés et à la coopération entre les établissements mentionnés à l’article L. 351-1 du code de l’éducation et les établissements et services médico-sociaux mentionnés aux 2° et 3° de l’article L. 312-1 du code de l’action sociale et des familles, qui modifie les articles suivants du Code de l’Action Sociale et des Familles définissant le fonctionnement du Sessad : D.312-55, D.312.56, D.312.57, D.312.58, D.312.59, D.312.19, D.312.20, D.312.21.

Le Sessad est concerné également par une partie du Code de l’éducation : Titre V – Les enseignements pour les enfants et adolescents handicapés – Chapitre I Scolarité (articles L.351-1, L.351-2, L.351-3) – Chapitre II – La formation professionnelle et l’apprentissage des jeunes handicapés (article L.352-1). 

2.3 - Autorités de référence 

Association gestionnaire :   

 Association Anne-Marie Javouhey, pour l’éducation et les soins spécialisés

32 rue de Neuville

77300 FONTAINEBLEAU

Tél : 01.60.39.62.90 - Fax : 01.60.39.62.91

E-mail : asso.amj@orange.fr

 N° SIREN : 784 930 471 000

Code APE : 8710 B

Modalité de tarification : Dotation globale prévue au Contrat Pluriannuel d’Objectifs et de Moyens signé entre l’Association Anne-Marie Javouhey, la Direction Départementale des Affaires Sanitaires et Sociales de Seine et Marne et la Caisse Régionale d’Assurance Maladie d’Ile de France en 2007. 

Autorité de contrôle : Direction Départementale des Affaires Sanitaires et Sociales de Seine et Marne (jusqu’à la mise en place de l’Agence Régionale de Santé). 

Autorité de financement : Au titre de l’Assurance Maladie.

 2.4 - Agrément 

Cet agrément a été autorisé par le CROSMS d’Ile de France le 17 septembre 2009. 

 

 

Antenne de FONTAINEBLEAU

Antenne de MONTEREAU

(pour rappel)

Catégorie :

SERVICE D’EDUCATION SPECIALE ET DE SOINS A DOMICILE (autonome)

Capacité :

40 places mixtes

20 places mixtes

Age :

0 – 20 ans

2 – 18 ans

Ouverture :

250 jours par an minimum

Modalité de tarification :

 

Dotation globale et rattachement au Contrat Pluriannuel d’Objectifs et de Moyens signé entre l’Association Anne-Marie Javouhey, la Direction Départementale des Affaires Sanitaires et Sociales de Seine et Marne et la Caisse Régionale d’Assurance Maladie d’Ile de France.

 

Nature des handicaps

et type de déficiences :

Déficients mentaux

 

Autisme et Troubles envahissants du développement

 3 - BENEFICIAIRES 

3.1 - Pathologies et handicaps

Le Sessad de Fontainebleau accompagne des enfants et des adolescents dont la déficience légère ou moyenne est parfois associée à des troubles envahissants du développement de la personnalité, troubles psychotiques avec traits autistiques, psychoses précoces, ou des particularités génétiques ou métaboliques. De façon générale, les jeunes accompagnés par le Sessad AMJ souffrent de troubles de la structuration de la personnalité.

L’expression principale de leur pathologie est celle de la difficulté concernant l’acquisition de connaissances scolaires, les troubles de la communication, troubles du comportement et les troubles relationnels. 

Une analyse du public accueilli depuis les cinq dernières années montre que le Sessad prend en charge des jeunes qui présentent : 

- un handicap psychique et dont  le diagnostic varie entre :

  • psychose infantile précoce,
  • autre forme de l’autisme,
  • psychose précoce,
  • dysharmonie psychotique,
  • troubles névrotiques évolutifs avec prédominance des inhibitions,
  • troubles névrotiques avec perturbations des fonctions instrumentales.

- un handicap mental, caractérisé par :

  • un déficit limite harmonique ou dysharmonique,
  • un déficit léger harmonique ou dysharmonique.

 - des troubles de la personnalité divers :

  • des dysharmonies évolutives,
  • des troubles de la personnalité narcissiques, abandonniques,
  • des troubles du comportement dans une dysharmonie évolutive.

3.2 - Age des bénéficiaires 

A l’origine, le Sessad de FONTAINEBLEAU a été conçu pour accompagner des jeunes âgés de 0 à 16 ans.

L’expérience a montré que peu d’enfants étaient adressés vers le service avant l’âge de 5 ans. Or, chez certains jeunes enfants, le potentiel d’évolution est plus facilement mobilisable et  un accompagnement plus précoce pourrait éviter l’installation durable de certains troubles. C’est pourquoi les médecins du service ont mené un travail d’information en direction des partenaires susceptibles de concourir à une orientation plus précoce des enfants vers le Sessad : médecins de la MDPH, consultations du secteur, services de PMI et personnels de l’Education Nationale intéressés par les missions d’orientation spécialisée (médecins scolaires, enseignants référents, psychologues scolaires).

L’ouverture du Camsp Le Petit d’Hom à FONTAINEBLEAU permettra également la détection et l’orientation précoce des enfants vers le Sessad. 

Par ailleurs, les évolutions législatives et réglementaires récentes ont favorisé le développement de la scolarisation des adolescents en situation de handicap en milieu ordinaire. L’accès pour ces jeunes à des dispositifs de formation professionnelle est de plus en plus fréquent et le Sessad accompagne leurs parcours de formation au-delà de l’âge de 16 ans.

C’est pourquoi Monsieur le Préfet de Seine-et-Marne a délivré au Sessad AMJ par un Arrêté en date du 25 janvier 2010 un agrément allant de 0 à 20 ans à compter du 1er février 2010.

3.3 - Secteur d’intervention 

Depuis la création du Sessad de FONTAINEBLEAU en 1995, le département de Seine-et-Marne a vu naître d’autres services du même type, notamment à MONTEREAU-FAULT-YONNE, NEMOURS et MELUN, ce qui a nécessité une redistribution des secteurs d’intervention menée par la DDASS. La zone d’intervention du Sessad AMJ est constituée des cantons suivants :

  • FONTAINEBLEAU
  • MELUN SUD
  • PERTHES-EN-GATINAIS
  • LE CHATELET-EN-BRIE
  • MORET-SUR-LOING

3.4 - Capacité 

Le service a une capacité de 40 places, autorisée depuis le 31 octobre 2009. 

 4 - MISSIONS DU SESSAD

L’arrivée d’un enfant ou d’un adolescent au Sessad est souvent précédée d’un parcours qui passe par l’énoncé de sa différence par rapport à une norme sociale. En tout premier lieu, ses parents et lui vont pouvoir dire combien cela a été et reste difficile. Souhaitant faire reconnaître l’enfant ou l’adolescent en tant que personne, au-delà de son statut de handicapé, le Sessad se veut un lieu d’accueil à partir duquel le jeune et ses parents pourront, dans un projet toujours singulier, imaginer et construire un avenir possible.

Ainsi, les missions du Sessad peuvent se décliner selon les axes suivants :

4.1 - Accompagner le développement de l’autonomie sociale et affective de l’enfant ou de l’adolescent.

Il s’agit pour les professionnels du service de se saisir de toutes les opportunités de la vie quotidienne du jeune (loisirs, déplacements, activités sportives, culturelles….) pour soutenir le développement de son autonomie dans le tissu social ordinaire.

Objectif: Favoriser les prestations d’accompagnement dans les différents lieux de vie des enfants et adolescents. 

Néanmoins, il est important de permettre aux enfants et adolescents accompagnés par le Sessad de pouvoir vivre des expériences gratifiantes dans des moments de jeu, de création, de relations privilégiées. Les ateliers qui leur sont proposés dans les locaux du service doivent leur permettre d’acquérir la confiance nécessaire à leur émancipation. 

4.2 - Accompagner les parcours de formation (scolaire et/ou professionnelle). 

Le Sessad n’est pas à proprement parler un dispositif de soutien scolaire. Toutefois la réussite des parcours des élèves handicapés en milieu ordinaire peut nécessiter l’accompagnement du service pour favoriser l’accessibilité pédagogique, en menant des actions auprès du jeune lui-même ou bien de l’équipe pédagogique de l’établissement scolaire (aide à la compréhension de la problématique de l’enfant et de son accompagnement, aide aux adaptations pédagogiques). Cet accompagnement a longtemps été facilité par la mise à disposition du service d’un enseignant spécialisé de l’Education Nationale, maillon indispensable entre le Projet personnalisé de scolarisation (PPS) décidé par la Commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (CDAPH) et le Projet individualisé d’accompagnement (PIA) élaboré par le Sessad. Or ce poste a été fermé à partir de la rentrée scolaire de septembre 2009. 

Objectif : Conventionner avec l’Inspection académique de Seine-et-Marne afin d’obtenir à nouveau la mise à disposition d’un professeur des écoles titulaire d’une certification d’enseignant spécialisé.

4.3 - Associer le jeune et sa famille au Projet individualisé d’accompagnement.

Comme le soulignent les évolutions législatives et réglementaires récentes, les parents sont associés à l’élaboration, à la mise en œuvre et au suivi individuel de l’enfant ou de l’adolescent. Le Sessad a donc une mission d’aide auprès de la famille, en matière d’évaluation des besoins et de préconisations d’interventions auprès du jeune, d’information et d’explicitation des motifs qui fondent la prise en charge, de partage des analyses et des évolutions constatées. Il est force de propositions qui ne peuvent prendre effet qu’avec le consentement éclairé du jeune et de sa famille. 

4.4 - Soutenir et accompagner les familles.

Le service s’engage à soutenir les familles au cours des étapes essentielles de l’évolution de l’enfant ou de l’adolescent. Ce travail prend forme, bien évidemment, au travers d’entretiens familiaux, mais c’est aussi l’institution, au plan général, qui peut devenir un repère pour chaque famille dans le parcours de son enfant. 

4.5 - Proposer les prestations de soutien thérapeutique et de soins nécessaires.

Les objectifs du Sessad concernent tous les aspects constitutifs de la personnalité et de l’intelligence de l’enfant ou de l’adolescent. A ce titre, des rééducations des troubles instrumentaux et/ou un travail d’ordre psychothérapeutique peuvent s’avérer nécessaires. Selon la problématique propre à chaque jeune seront proposés en interne : psychomotricité, orthophonie, suivi psychologique, psychiatrique. Ceci n’exclut nullement le recours possible à des prestations de professionnels exerçant en libéral ou à d’autres services de soins, selon le libre choix des jeunes et de leur famille. 

4.6 - Contribuer à l’articulation des multiples projets de l’enfant ou de l’adolescent.

L’équipe du Sessad doit élaborer avec les jeunes et leur famille un Projet individualisé d’accompagnement (PIA) qui définit des objectifs et des actions dans les champs pédagogique, éducatif, rééducatif et thérapeutique. Ce projet doit être en cohérence avec le Projet personnalisé de scolarisation (PPS) décidé par la CDAPH, lui-même élaboré à partir du Projet de vie rédigé par le représentant légal au moment de la constitution du dossier de demande de compensation du handicap (et parfois plus ou moins en accord avec le Projet de vie du jeune lui-même).

Objectif : Procéder à la signature de conventions individuelles précisant les modalités de collaboration entre le Sessad et les établissements scolaires fréquentés par les enfants et adolescents accompagnés par le service (Décret n° 2009-378 du 2 avril 2009).

4.7 - Collaborer avec la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH) dans le cadre d’un « Point d’accueil et de conseil » de proximité. 

La MDPH de Seine-et-Marne constitue un « guichet unique » : accueil, information et accompagnement sont proposés à la personne handicapée pour l’aider à construire un projet de vie personnalisé. Toutefois, elle n’a pas vocation à être le lieu d’accueil exclusif du public handicapé. En effet, compte tenu de la nécessité d’assurer un égal accès des usagers à l’information, il est indispensable de créer un « maillage » du département en termes d’accueil et de proximité.

Dans cette perspective et pour améliorer le service rendu, la MDPH a souhaité s’appuyer sur les Sessad afin d’accompagner les usagers dans la formulation de leurs demandes de compensation du handicap.

Objectif : Informer les professionnels du Sessad des modalités de fonctionnement de la MDPH de Seine-et-Marne et des procédures de traitement des dossiers de demande de compensation. 

5 - PRINCIPES DE LA MISE EN OEUVRE 

Le binôme de référence. 

Dès l’admission d’un enfant ou d’un adolescent au Sessad, un binôme est désigné au sein de l’équipe. Il constituera la référence du jeune, de sa famille et du Projet individualisé d’accompagnement.

Il est constitué :

  • d’un membre de l’équipe éducative,
  • d’un membre de l’équipe thérapeutique.

La notion de référence constitue un principe de base du fonctionnement du Sessad. Elle trouve tout son sens dans la pluralité des lieux de prise en charge de l’enfant ou de l’adolescent. 

C’est parce qu’il incarne la permanence dans l’espace et dans le temps du lien avec l’enfant que le « référent éducatif » contribue à rassembler les éléments épars de la réalité de son quotidien. Il s’efforce ainsi de faire de la multiplicité des prises en charge, mais aussi des tranches de vie du jeune, un ensemble cohérent et contenant.

Associé au « référent éducatif », le « référent thérapeute » trouve sa place dans les entretiens familiaux. C’est non seulement dans l’élaboration et le suivi du projet du jeune qu’il intervient, mais aussi et surtout dans sa contribution à l’élaboration commune à propos des difficultés de l’enfant et de la souffrance qui s’en suit. 

5.2 - Les entretiens familiaux.

Les référents proposent des rencontres mensuelles avec l’enfant et ses parents. La régularité de ces entretiens constitue le fondement de la sécurité de base propre à tout lien. Le cadre proposé peut être modulé. En effet, il est important de trouver avec chaque famille l’aménagement qui favorise le plus l’accès à la réflexion. 

Ces entretiens doivent permettre d’associer le jeune et sa famille au projet individuel. C’est d’abord dans ce cadre qu’ils participent à l’élaboration, à la mise en œuvre et au suivi individuel du projet de l’enfant ou de l’adolescent. Les référents sont porteurs des propositions de l’équipe, mais d’autres professionnels du Sessad impliqués dans la prise en charge du jeune peuvent également, autant que de besoin, participer à tout ou partie de ces entretiens.

Les référents sont également à l’écoute des besoins et des demandes formulés par le jeune et/ou sa famille, qu’ils transmettront ensuite à l’équipe. 

Les entretiens familiaux doivent ouvrir également la possibilité d’une élaboration commune à propos des difficultés de l’enfant et de la souffrance qu’elles peuvent générer.

L’environnement social, et plus particulièrement le cadre scolaire, désigne l’handicap de l’enfant en tant que retard du développement cognitif ou incapacité dans les apprentissages. Cette désignation du handicap soustrait ces enfants au devenir ordinaire. Il est fréquent que des familles qui sont confrontées à cette situation ne parviennent plus à imaginer un devenir autre, à aborder l’avenir de leur enfant dans une perspective singulière.

Le rôle du binôme de référents est alors d’être à l’écoute des échanges et de donner du sens à ce qui se dit ou se joue lors de ces entrevues et de soutenir la famille dans sa recherche d’un équilibre où prend place un avenir pour l’enfant et ses parents. 

Il ne s’agit pas d’imposer un point de vue aux parents, mais de mobiliser les ressources de la famille autour d’une réflexion quant au sens de la problématique de l’enfant et des besoins que l’on peut repérer à partir de ce qui sera reconnu et retenu comme significatif par celle-ci au cours des discussions.

Objectif : Permettre à tous les membres de l’équipe pluridisciplinaire d’accéder à des formations aux entretiens familiaux. 

5.3 - Le Projet individualisé d’accompagnement.

Dans un délai de six mois après son admission, un Projet individualisé d’accompagnement est élaboré pour l’enfant ou l’adolescent. Il s’appuie sur :

  • la rencontre de l’enfant ou de l’adolescent et ses parents dans les entretiens d’admission,
  • l’observation du jeune dans ses lieux de vie,
  • les bilans éventuellement réalisés à la demande d’un médecin du service (orthophonie ou psychomotricité),
  • les éléments transmis par les différentes structures ayant accueilli le jeune,
  • les échanges entre les référents, le jeune et ses parents dans le cadre des entretiens familiaux.

Le Projet individualisé d’accompagnement est décidé dans le cadre des réunions de synthèse, dans sa globalité sous la responsabilité du Directeur, et dans sa dimension thérapeutique sous celle des médecins. Ce projet ne peut prendre effet qu’avec la participation active de la famille, sinon son consentement éclairé. Il n’existe donc que par le lien que font les référents entre le travail en équipe pluridisciplinaire (réunions de coordination et de synthèse) et les échanges avec la famille (entretiens familiaux mensuels).

Objectif : Organiser l’articulation entre les réunions de synthèse et les entretiens familiaux. 

La mise en œuvre de l’ensemble des projets individualisés nécessite une organisation complexe qui doit prendre en compte à la fois les possibilités et les contraintes d’emploi du temps des enfants et adolescents, des professionnels de l’équipe et des différents partenaires.

De plus, la nécessité d’intervenir dans des lieux multiples pourrait engendrer des difficultés de communication au sein de l’équipe, mais également avec les usagers et les partenaires. Il est indispensable qu’un cadre organise l’activité quotidienne du service, assure la permanence et la cohérence des diverses prestations d’accompagnement et garantisse la fluidité de la communication.

5.4 - PARTENAIRES

Pour remplir sa mission d’accompagnement des enfants et adolescents dans leurs lieux de vie ordinaires, le Sessad doit développer et entretenir des partenariats multiples avec des professionnels de divers secteurs :

  • en premier lieu les établissements scolaires ordinaires,
  • des professionnels du soin (CMP, CMPP, CAMSP, Hôpitaux, Hôpitaux de jour, praticiens libéraux…),
  • des services d’accompagnement social…

Le service n’a pas vocation à se substituer aux obligations et aux prérogatives de ses partenaires, mais à contribuer à la cohérence des actions multiples et à apporter, au besoin, son soutien dans le cadre de l’accompagnement de l’enfant ou adolescent.

Ces dernières années, la collaboration entre le Sessad et les établissements scolaires a été source de désaccords. D’une façon générale, il est indispensable d’entretenir et d’ajuster régulièrement les places de chacun pour que le partenariat demeure un moyen d’interactions articulées et cohérentes, et pas seulement une juxtaposition d’actions multiples, voire indifférenciées.

Objectif : Restaurer la qualité des relations partenariales avec les établissements scolaires ordinaires, clarifier les modalités et les objectifs des interventions des personnels du Sessad.

On peut penser que les évolutions législatives et réglementaires récentes favoriseront l’accès pour les adolescents et jeunes adultes handicapés à des dispositifs de formation professionnelle. Le Sessad n’entretient pas aujourd’hui de partenariat avec des établissements de formation professionnelle. C’est probablement une voie qu’il aura à explorer dans un avenir proche. 

Objectif : Au besoin, développer des partenariats avec des dispositifs de formation professionnelle.

6 - LES MOYENS

 Pour rendre possible la mise en œuvre de l’ensemble des projets individualisés, le Sessad dispose des moyens suivants :

 6.1 - Les locaux

 Le Sessad dispose de deux sites :

  • le site principal en centre ville de  FONTAINEBLEAU, constitué par trois appartements situés aux deuxième et troisième étages d’un immeuble ancien, sans ascenseur,
  • l’autre est un pavillon situé dans le parc de « La Sittelle » à BOURRON-MARLOTTE.

 L’emplacement de ces locaux pose quelques difficultés :

  • l’un est situé dans une rue piétonnière en centre ville, ce qui engendre des difficultés importantes de stationnement et de circulation avec les enfants et les adolescents,
  • les appartements de cet immeuble ne sont pas accessibles aux personnes à mobilité réduite,
  • ils sont inadaptés à l’accueil de groupes de jeunes enfants,
  • le recours à la location du pavillon de BOURRON-MARLOTTE permet l’accueil des tout petits mais engendre des déplacements supplémentaires.

 Un déménagement du service dans de nouveaux locaux est donc nécessaire, qui pourrait permettre un accès à tous et une plus grande fluidité des allées et venues des personnels et des usagers. 

Objectif : Installer le Sessad dans des locaux mieux adaptés au fonctionnement d’un service de ce type. 

6.2 - Le plateau technique

 Le plateau technique pluridisciplinaire est établi en fonction du projet du Sessad. 

Plateau technique

Direction

1 Directeur

Equipe thérapeutique

1 Psychiatre

1 Pédiatre

1 Infirmière psychiatrique

2 Psychologues

2 Orthophonistes

2 Psychomotriciennes

Equipe éducative

4 Educateurs spécialisés

1 Educatrice de jeunes enfants

1 Infirmière psychiatrique

Services administratifs et généraux

1 Secrétaire

1 Comptable

1 Conducteur de véhicule / Agent d’entretien

 6.3 - Les réunions

De natures diverses les réunions contribuent à l’information, la mise en commun, la réflexion, la prise de recul, l’analyse, l’élaboration, la décision et l’évaluation.

L’une des particularités du fonctionnement du Sessad tient dans le fait qu’il oblige chaque professionnel à travailler le plus souvent seul, en contact permanent avec la souffrance ou la difficulté de l’enfant et au contact d’autres professionnels qui n’ont pas les mêmes missions. Il lui faut donc régulièrement adapter, négocier... Malgré cette relative solitude, l’intervenant est porteur d’un projet d’équipe. Aussi, pour le soutenir dans ce travail les réunions s’avèrent indispensables qui garantissent la cohérence du travail et la cohésion de l’équipe. 

Type de réunion

Objet de la réunion

Réunion de l’équipe de direction (mensuelle)

Pilotage institutionnel

Groupes de travail (mensuels)

-Réécriture du projet de service

-Démarche d’amélioration continue de la qualité

Réunion de coordination institutionnelle (mensuelle)

-Echange d’informations institutionnelles

-Organisation du service

Groupe d’ « analyse des pratiques » (bimensuel)

Réunion centrée sur les pratiques des professionnels

Réunion de synthèse (hebdomadaires)

Réunion consacrée à l’élaboration et l’évaluation des projets individualisés d’accompagnement

Réunion de coordination (hebdomadaire)

Coordination autour des projets des enfants et adolescents (aménagements dans les prises en charge, partage d’informations, compte rendu d’entretien, de réunion extérieure…)

Objectif : Recourir aux services d’un intervenant extérieur pour conduire les groupes d’analyse des pratiques. 

Ces réunions régulières seront ponctuées par des réunions de réflexion plus générale sur l’avenir du service, sur des préoccupations ou des thèmes transversaux  au rythme de trois heures par trimestre. 

7 - DEMARCHE QUALITE ET EVALUATION

Le Conseil d’Administration de l’Association Anne-Marie Javouhey a décidé d’initier depuis septembre 2008 une démarche d’amélioration continue de la qualité des prestations fournies aux personnes accueillies dans ses établissements et services. 

Dans cette perspective, la Direction générale, avec l’appui du Conseil de Direction, a mis en place un Comité de pilotage qui associe administrateurs et directeurs. 

L’Association a élaboré son projet associatif qui est devenu le socle des projets d’établissements et de services, pierre angulaire de la démarche d’évaluation. 

L’écriture du projet de service est la première étape du processus d’évaluation. Elle sera suivie de l’élaboration d’un référentiel d’évaluation.

Objectif : Construire un référentiel d’évaluation interne.

Les enfants, adolescents et leurs familles, s’ils sont pleinement associés aux projets individuels, ne le sont pas encore au fonctionnement du service. Les modalités de leur participation sont à construire.

Objectif : Mettre en œuvre la participation des usagers au fonctionnement institutionnel.